L’ASSISE UNIQUE DE JOSEF HOFFMANN

Le nom de Josef Hoffmann résonne comme une référence, l’homme étant l’un des créateurs majeurs pour le mobilier du XXe siècle. Et il est assez rare de le voir figurer dans une vente aux enchères, spécialement pour un siège de cette qualité issu d’une édition d’époque ! S’il a commencé sa carrière sous le signe de l’art nouveau, devenant notamment professeur à l’École des art appliqués de Vienne, puis créant tour à tour l’Atelier viennois avec Koloman Moser et la Sécession avec Gustav Klimt, son travail personnel a poussé bien plus loin les frontières du modernisme et donné naissance à un style proche de ce que l’on appellera plus tard en France l’«art déco». Il faut noter que sa formation auprès de l’architecte Otto Wagner eut une forte influence sur son orientation artistique. Celle-ci se confirme lors d’un voyage en Écosse, durant lequel la fréquentation de l’école de Glasgow le pousse vers un style tant architectural que mobilier plus dépouillé et géométrique, dit alors «protocubique». Il mettra en application son nouveau concept à Bruxelles, entre 1905 et 1911, dans le bâtiment qui sera son chef-d’œuvre : le palais Stoclet. Il construira également, après la Première Guerre mondiale, de nombreux habitats dans la capitale autrichienne, alors détruite. Ce fauteuil Sitzmaschine, modèle 670, est l’une des créations emblématiques de Hoffmann ébéniste. Il allie cette recherche d’épuration des formes et de géométrie dans les lignes à une élégance toute particulière. Créé en 1905, ce modèle a été présenté avec succès au Vienna Art Show de 1908 et édité de 1905 à 1916 par l’entreprise autrichienne Jacob et Josef Kohn. Un siège, influencé par le travail de William Morris et par l’esprit Arts and Crafts, qui se compose de hêtre teinté acajou aux formes géométriques. Son châssis, en bois courbé à quatre pans, s’associe à des accoudoirs en arc de cercle à l’arrière et à un dossier ajouré en forme de grille. Ce dernier peut s’incliner grâce à un système de boules soutenant une barre transversale. Très esthétique, celui-ci joue également un rôle de stabilisateur et de renforcement des assemblages. Une création unissant l’aspect esthétique et le fonctionnalisme, en accord avec la quête d’un art total.

Josef Hoffmann (1870-1956), fauteuil de repos Sitzmaschine, modèle 670, bois courbé et panneaux de bois ajouré, Jacob et Josef Kohn, 1905, 106 x 64 x 80 cm. Estimation : 8 000/10 000 €

Enchérir EN LIGNE sur

index
index2
index3
INV_OG_image