Gazette Drouot n°43 : Article Décembre 2011

FRANCOIS LINKE LE GOUT ROCAILLE

Fabriquée à la fin du XIXe ou au début du siècle suivant, cette vitrine est l’un des fleurons de la production de Linke. À l’heure de l’éclectisme, de nombreux ébénistes regardent vers les styles du XVIIIe siècle. La fantaisie du Louis XV est particulièrement prisée. Dès l’ouverture de sa fabrique en 1881, Linke s’en fait une spécialité. Né à Pankraz en Bohême en 1855, il commence jeune son apprentissage avant de faire son tour de compagnon en Autriche.Pour de nombreux ouvriers venus de toute l’Europe, Paris fait rêver. Après deux années à Vienne, Linke gagne donc la France où il installe un atelier au 170, faubourg Saint-Antoine. En vingt ans, il passera d’un à 90ouvriers. Il peut également se permettre d’ouvrir une succursale place Vendôme, un lieu idéal pour attirer des clients prestigieux qui ne seraient pas venus dans les faubourgs de la ville. La consécration arrive à l’Exposition universelle de 1900 où il obtient une médaille d’or pour un bureau de style rocaille. Jusqu’au milieu des années 1930, son activité ne faiblit pas. Ses copies XVIIIe, comme ses interprétations plus personnelles du style Louis XV, sont fort recherchées autant pour leur perfection technique que pour leur esthétique. Avec ses deux mètres de hauteur, ses montants s’étirant à l’infini rehaussés de bronzes feuillagés réalisés d’après les dessins de Léon Messagé, notre vitrine est un modèle abouti du style rocaille cher à François Linke. Un gage de qualité… Antibes, samedi 17 décembre. ÉtudeCarvajal.

 

François Linke (1855-1946)
Vitrine de style LouisXV,
placage de bois de violette, bronze doré et ciselé,
dessus de marbre fleurde pêcher,

199 x 104 x 43 cm
Estimation : 60 000 / 80 000 €.